Bonjour ! Le mois de mars est arrivé, mais le soleil se fait encore bien discret. Mon jardin est toujours en mode hiver alors je m’occupe autrement. Je vous rassure tout de suite: entre les courses, les enfants, les repas, le ménage, les lessives (enfin ça c’est plutôt la tâche de l’Homme) je n’ai pas trop le temps pour m’ennuyer… Cependant, en dehors de ça, j’apprécie aussi faire des choses pour moi alors j’alterne entre la course à pied, le fitness, le yoga et le ski de randonnée. Mais aujourd’hui je vais vous parler d’une nouvelle activité chronophage que j’ai découvert récemment: la couture !

Il y a quelques années j’ai reçu une machine à coudre Bernina de ma maman. J’avais pleins de projets en tête mais je me suis assez vite découragée ne sachant déjà même pas enfiler une machine. Elle est donc longtemps restée dans l’armoire. La seule personne qui l’utilisait de temps en temps était mon mari lorsqu’il fallait recoudre une veste déchirée ou un pantalon troué. Il faut dire qu’il a plus de patience que moi. Ou plutôt il n’hésite pas à prendre le temps qu’il faut pour faire les choses.

Mon fils, qui a toujours aimé bricoler avec son papa, adorait quand mon mari sortait la machine à coudre. Il se mettait sur ses genoux pendant qu’il cousait ou actionnait pour lui la pédale sous la table. Tant et si bien qu’à Noël (alors qu’il a 6 ans) il a souhaité une machine à coudre. Il pensait plutôt à une machine à coudre jouet qu’il avait vu dans un magazine de jouets. Mais après avoir étudié la chose, j’ai vite réalisé qu’avec cette machine jouet il n’arriverait pas à coudre quoi que ce soit. Et le connaissant, ça allait vite le lasser de « faire semblant ». Je lui ai donc acheté une vrai machine pour « ado » enfin une simple machine à coudre Brother.

Brother little angel

Mon fils et sa Brother Little Angel

 

Ça été le début de l’aventure parce que c’est là que je me suis dit : s’il veut se mettre à coudre des trucs, il faudra bien que je puisse l’aider et faire des projets avec lui, donc il ne me reste plus qu’à m’y mettre aussi sérieusement. Je me suis donc inscrite à un cours de l’école club Migros « mes premiers pas en couture ». Et je dois dire que je me suis vite prise au jeu. Le cours est plutôt destiné à des adultes ou jeunes à partir de 16 ans, n’empêche que ça aurait bien plu à mon loulou. Il se déroule sur 6 lundi soirs de 20h à 22h15. L’horaire est parfait : on peut encore manger ensemble et quand les enfants sont prêts à aller au lit je passe le flambeau à mon mari et je file à mon cours. Ainsi ça n’empiète pas sur notre vie de famille et la logistique est facile.

Le premier jour, il fallait arriver avec un mètre de tissu en coton ainsi que du matériel de base de couture (fil, épingles, ciseaux, canette, craie,…)

Nous avons commencé par la confection d’un tablier. Sujet simple mais avec pas mal de petits détails techniques comme la poche, le biais autour, les ourlets, les bretelles etc…

La première soirée nous avons surtout appris à enfiler une machine, à faire une canette, à placer le patron sur le tissu, à épingler et à découper. Et oui, même découper du tissus ça s’apprend ! Bien sûr on trouve pleins de tutos sur le net, mais rien ne vaut le faire avec une pro qui nous corrige, nous montre les astuces, les petits détails qui font toute la différence comme par exemple comment poser le ciseau sur la table pour couper droit, où regarder, comment placer une épingle sans soulever le tissus, etc…

Le deuxième jour nous avons cousu les différentes parties ensemble. Nous étions 6 participantes et l’enseignante passait chez chacune à tour de rôle pour l’aider et lui donner les instructions suivante, ainsi chacune peut évoluer à son rythme. Il a fallu coudre la poche, les bretelles et les différents ourlets. Pour finir nous avons appris à poser du biais sur les bords du tablier.

Au troisième cours, mon tablier était fini !

Tablier tissu Tante Ema

Pour les trois cours suivants nous avons pu choisir chacune un projet simple à réaliser. J’ai choisi un top en jersey, un modèle Burda. L’une a fait une jupe, l’autre un chemisier, une robe, un coussin, certaines sont même venues avec des pantalons à raccourcir.

Voici le top que j’ai réalisé :

Burda easy modèle 6910 manche 3/4 en jersey

Haut modèle Burda easy no 6910 manche 3/4 en jersey

 

Et pour finir je me suis encore amusée à faire une jupe poulette pour ma puce :

 

La jupe poulette en cours… tuto ici

 

 

Alors le verdict : j’ai a-do-ré. Moi qui croyais ne pas avoir la patience pour la couture, en fait c’est tout le contraire. Se lancer dans un projet c’est comme partir en voyage. Chaque étape est un plaisir : planifier, parcourir, arriver à destination… Je n’hésite plus à défaire une couture si elle n’est pas bien faite, le temps perdu importe peu, c’est le plaisir du travail bien fait. C’est finalement peut être ça le bonheur. Dans le monde du travail on nous demande toujours d’être productif et souvent la rapidité d’exécution passe avant la qualité. Ici je peux me faire plaisir. Je passe maintenant des heures sur Pinterest à la recherche d’idées pour de nouveaux projets et à éplucher les magazines de couture dans les kiosques. Et meme quand je vais faire du shopping, je ne regarde plus les habits de la même façon. Je regarde comment ils sont fait, je me demande si j’arriverai à faire la même chose ou mieux….

Lundi prochain ce sera mon dernier soir du cours. J’ai déjà décidé que j’allais continuer avec le cours suivant. J’ai déjà pleins de projets en tête …