Dans la première partie je vous ai parlé des préparatifs et des courses. Voici la suite …

Les repas

Avec les courses en vrac, les repas sont automatiquement plus sains car on est amené à acheter des produits bruts ou peu transformés. On a mangé d’avantage de fruits et de légumes. Le revers de la médaille, forcément, pas possible d’ouvrir vite un carton de surgelés ou des röstis tout prêts, si on est pressé. Il faut faire sa pâte à gâteau, ses madeleines et ses biscuits…. Alors on y gagne en qualité, mais tout cela prend du temps. Et pour les produits non disponibles en vrac – par exemple je n’ai pas trouvé de mozzarella en vrac -, il faudrait simplement y renoncer. Du coup ça me limite un peu dans la variété de plats que je peux cuisiner. Déjà que je suis souvent à court d’idées! Il faudrait vraiment que je m’organise beaucoup mieux en préparant des plus grandes quantités, congelant les plats en avance, etc….

Un autre problème que j’ai rencontré avec les enfants (ma deuxième n’a que 13 mois) ce sont les petits restes de nourriture à moitié mâchouillé ou du moins triturés. Difficile d’anticiper ce qu’elle va manger ou non, et pas question de la forcer à finir son assiette. Nous n’avons pas d’animaux domestiques à qui refiler ces petits restes qui ne vont souvent pas au compost parce que c’est cuisiné. Donc ceux-là ont fini dans ma poubelle de secours.

 

 

 

 

 

 

Les soins et l’hygiène

J’ait trouvé du dentifrice pour enfant et pour adulte en vrac. Il est vraiment top! Mon fils a adoré le goût fraise et je trouve une sensation de propre dans la bouche avec ces micro granulés. J’ai rempli des petits flacons doseurs, ça marche très bien. Il est juste un peu plus liquide que la pâte standard, mais ce n’est pas vraiment un problème.

brosse à dent, savon tout en un et pâte dentifrice

 

Nous avons aussi testé le savon camping tout en un de la marque cocooning. Il fait shampoing, anti moustique, mousse à raser, lessive et accessoirement savon…. Alors j’ai adoré l’odeur de citronnelle, mes cheveux étaient tout doux. Je n’ai pas testé la version lessive, car je n’avais rien à laver à la main. Le seul défaut, ce n’est pas possible de l’utiliser pour laver les cheveux des enfants car il pique les yeux! Même comme savon normal, c’est délicat sur des enfants, car le temps de les frotter, ils ont vite mis les mains dans les yeux et ça a finit en larmes…. Je pense que c’est à cause des huiles essentielles de citronnelle. Du coup il a pris sa place dans ma salle de bain.

Je n’ai pas trouvé d’alternative à ma crème coiffante ni à la teinture pour cheveux. Je dois dire que j’avais testé la teinture végétale, mais je n’ai pas du tout aimé le rendu sur mes cheveux. J’ai des cheveux assez difficiles à coiffer et il m’a fallu des années pour trouver la bonne crème coiffante, donc pour une alternative zéro déchet ce n’est pas gagné.

Pour le déo, je n’ai pas cherché d’alternative zéro déchet là non plus. J’avais déjà eu l’occasion de tester la pierre d’alun ainsi que le bicarbonate lors de ma première expérience zéro déchet et je trouvais qu’à la longue ça m’irritait quand même un peu les aisselles.

La maison et l’entretien

Pour la lessive je n’avais pas envie ni le temps de me lancer dans la fabrication maison, j’ai donc acheté de la lessive en vrac. J’ai testé la lessive à la cendre. C’était de loin la moins chère. Par contre il faut en mettre beaucoup (1.5 dl par machine) car elle est très liquide et du coup c’est pas très rentable. En plus l’odeur n’est pas terrible. Bref je ne suis pas convaincue.

Pour le nettoyage: j’ai trouvé la pâte de nettoyage idéale pour la vaisselle et l’évier. Je l’utilise avec une brosse et les casseroles sont impeccables. Quant aux pastilles lave vaisselle, j’ai opté pour les oecoplan de la Coop qui viennent dans un emballage en carton recyclable et un sachet hydrosoluble. Résultat: zéro déchet.

Enfin après avoir essuyé la table ou passé la balayette par terre, les miettes ont fini simplement au compost. Ou même directement dans le jardin.

 

 

 

 

 

 

Les imprévus

Tout n’a pas toujours été parfait et il y a eu quelques ratés, comme le pic-nique zéro déchet que j’avais préparé pour notre journée à la piscine: J’avais prévu une salade de pâtes mais j’ai oublié de prendre des fourchettes… Ensuite il y a eu l’emballage de la glace qu’ils ont mangé à la piscine. Alors bien sûr à la maison j’aurais pu faire des glaces à l’eau moi-même, mais lorsqu’on est en balade, ça devient compliqué.

Et puis mon grand est revenu d’une journée d’activité para-scolaire avec les restes de leur pic-nique dans un sachet plastique…

Mais globalement je ne m’en suis pas si mal sortie car à la fin de la semaine j’avais à peine rempli le bocal de 1l au lieu de ma poubelle de 35l hebdomadaire.

 

 

 

 

 

 

 

Et maintenant?

A l’heure du bilan, j’en retire beaucoup de positif. Nous avons passé aux sacs de 17l au lieu de 35l et je soupçonne que le sac de 17l durera plus d’une semaine avant d’être plein. A quelques exceptions près j’ai définitivement adopté les produis vendus en vrac. C’est sans grand enthousiasme que je vais ressortir les produits que j’avais mis de côté, car il faut bien les finir…. Mais je sais que je ne vais plus en racheter.

Il y aura toujours ici et là des situations imprévues où nous ramènerons des emballages à la maison. Je ne sais pas non plus comment je vais gérer les cadeaux non sollicités et les multiples bricolages ramenés de l’école. Mais nous sommes en tout cas en route vers un mode de vie plus durable.