réserve grangettes Le mois dernier nous avons participé à la fête de la nature. La fête de la nature c’est un week-end avec une multitude d’activités gratuites en lien avec la nature. Elle a lieu chaque année fin mai dans tout la suisse romande. Les bénévoles qui organisent les activités sont des gens passionnés et du coup on apprend pleins de choses tout en passant un moment agréable et divertissant.

L’année passée nous avions participé à un atelier de construction d’hôtel à insecte et nous avions visité les jardins urbains de la ville de Vevey. L’hôtel à insectes trône depuis dans notre jardin et je ne pourrai plus jamais traverser le cimetière de l’église Saint-Martin à Vevey sans lever la tête pour observer les nichoirs à chauves-souris. Cette année nous avons donc décidé d’embarquer nos deux marmots (5 ans et 11 mois) pour une visite de la réserve des Grangettes à Noville le dimanche après-midi.

Ce qui est chouette avec les activités proposées, c’est que c’est toujours indiqué à quelle tranche d’âge elles s’adressent et si elles sont accessibles en poussette. En général il faut s’inscrire au préalable sur le site, car le nombre de places est parfois limité. Nous nous sommes donc lancés avec numéro 2 dans le sac à dos pour une visite tout public de 2h sans grande difficulté. Nous avions prévu un en-cas pour les enfants au cas où ils avaient faim et une paire de jumelles pour notre explorateur en herbe.

D’abord nous avons grimpé sur la tour d’observation à l’entrée de la réserve d’où nous avons pu observer les aménagements construits pour les oiseaux. Après une brève présentation de la réserve par le guide bénévole et l’observation du va-et-vient des oiseaux depuis la tour, nous nous sommes plongés dans la réserve pour un tour d’environs 1h30 avec de multiples pauses pour observer la faune et la flore de la réserve. On a appris plein de choses sur les espèces d’oiseaux qui vivent dans la réserve, on a vu les barrages des castors et on est même allés à la pêche aux libellules (qui ont bien évidemment été libérées après une observation délicate). Avant de retourner sur nos pas nous avons encore fait une halte au « jardin instinctif », un lieu original où se mêlent œuvres d’art et botanique.